éviter le gaspillage : astuce 1

Jeter des aliments à la poubelle me gêne énormément. J’ai été élevé avec les images des « petits éthiopiens » qui meurent de faim, des chanteurs qui se regroupent pour se donner bonne conscience et des spots publiciataires d’AICF extrêmement dérangeants au moment des repas… Alors à chaque fois que je jetais quelque chose à la poubelle, ces images me revenaient et me donnaient mauvaise conscience.

Depuis que nous avons un compost, ma conscience s’est allégée, car au moins ce que je jette sert à nourrir mon jardin et donc mes légumes.

Mais est-ce la bonne solution ??

En faites il vaudrait mieux ne rien jeter du tout. Donc comment faire ?

1- acheter moins et le strict nécessaire : faire des listes de courses basées sur des menus établies d’avance et ne se tenir qu’à sa liste aide beaucoup.

2 – En achetant des produits de bases et en cuisinant au fur et à mesure m’a permis de moins gaspiller aussi. Comme la viande est congelée (je l’achète en colis à des producteurs locaux), je n’ai pas de problème de conservation (sauf si le congel lâche et là, c’est pas de bol !)

3 – Savoir décrypter les dates de consommation notées sur les emballages. Et d’ailleurs c’est quoi ces dates :

– DLUO : date limite d’utilisation optimal : « à consommer de préférence avant le … » ou « à consommer avant fin … ». Parfois on peut trouver « date de consommation recommandée » (DCR). C’est un date indicative de limite d’utilisation.  Le produit peut, par exemple, perdre de ses qualités gustatives, nutritionnelles, mais ne devient pas avarié.

– DLC : date limite de consommation :  » à consommer avant le …c’est l’indication la plus restrictive. elle indique que le produit DOIT être consommé avant la date indiquée. Mais, attention, il ne se passe rien à minuit dans votre frigo !! ;-D

Pour plus d’info sur la définition de ces notions lisez cette article des services publics ou celui-ci.

Et j’en pense quoi ?

Il y a bien longtemps, dans une autre vie, quand j’étais jeune, j’ai travaillé dans une salaison industrielle. Il y avait à l’entrée une armoire réfrigérée dans laquelle trônait quelques produits fabriqués à l’usine. Ces produits de charcuterie étaient stockés depuis plusieurs semaines sans dommage. Le but était de montré que, même après la date, les produits étaient encore « viables ».

Il y a parfois des produits dont la date n’est pas dépassée que je ne mangerais pas et d’autre oui. Je me fis aussi à mes sens : vue, odorat : une viande, un oeuf, un laitage … avarié ca sent pas bon …

Alors, ce week end (et c’est ce qui m’a donné l’idée de ce post), j’ai trouvé avec horreur une boite d’oeufs daté du 28 avril !!!! malheur !! La date était dépassée de 15 jours. Et les œufs, c’est connu, c’est sensible …

J’ai donc regardé si il s’agissait d’une DLC ou d’une DLUO. Et à mon grand étonnement c’était une DLUO. Je me suis donc fait un gâteau (un gâteau de savoie pour être exact, car utilise 6 œufs). J’ai cassé chaque œuf à part, je l’ai scruté et l’ai mis dans le bol de mon robot. Les 2 autres ont été mangé dur. Evidemment, ces œufs, je ne les auraient pas mangé à la coque !! Mais dans des recettes où ils sont bien cuits, ça ne pose pas de problème, dans la mesure où ils n’ont aucun signe de dégradation. Au moindre doute, pas de pitié !!

Et voyez, 2 jours après, je suis toujours là …

Une réponse à “éviter le gaspillage : astuce 1

  1. Je me suis rendue compte aux vacances d'avril qu'il était même possible de manger un oeuf clairement avarié : nous avons mangé une omelette aux pommes de terre chez la grand-mère de mon conjoint qui a des poules et lorsqu'elle a cassé ses 4 oeufs, il y en a eu un qui était tout liquide (signe de plus bon), pas de problème, elle l'a mélangé au reste et c'est passé comme une lettre à la poste !! Je n'oserais pas avec un oeuf, même bio, du Leclerc mais j'ai été très surprise !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *