pourquoi réduire ses déchets #4

Là plus de chiffres, c’est le cœur qui parle !

Pour ceux qui me suivent vous savez que j’ai découvert énormément de choses en souhaitant simplement réduire mes déchets. Et parfois, sans faire exprès !

Dans toute cette histoire de mode de vie zéro déchet, la vraie cerise sur la gâteau, ce n’est pas que je suis en accord avec mes convictions écologiques, ce n’est pas que je fais du bien à notre planète et son climat, ce n’est pas que j’ai pu changer mes habitudes alimentaires pour plus de bio sans ruiner mon budget, non, la vraie cerise sur le gâteau c’est le plaisir et ça, je ne m’y attendais pas.

Alors bien sûr pour beaucoup (?) faire le marché, acheter aux petits producteurs, allez chez des inconnus pour acheter un sac de vêtements ou un grille pain d’occas … c’est normal. Je dis ça car j’ai lu il y a peu sur un réseau social que je n’avais rien inventé. Non évidement et c’est vrai, pour certains, je n’ai rien découvert, …

Mais pour moi si !

Alors même si je me répète, je redis ici, que je me considère comme avoir été « victime » de notre mode de consommation. Je trouvais tellement simple d’aller au même endroit pour faire mes achats quitte à y aller en courbant le dos pour me protéger de l’agressivité environnante, quitte à manger ce qui y était proposé et pas forcement de qualité, quitte à m’ensevelir sous des litres d’emballages et à grogner car ce n’était vraiment pas vivable ainsi ! Mais sans m’en rendre compte car je croyais que c’était la norme, qu’il n’y avait pas d’autre choix. J’y passais mes 2h hebdomadaires règlementaires (sans compter les achats autres occasionnels) en ayant hâte que ce soit fini et, surtout,  pourvu que je puisse le faire sans les enfants ! Alors pas étonnant que la seule chose que j’arrivais à dire à la seule personne du magasin que je rencontrais – la caissière –  (bon j’abuse un peu) c’était un « bonjour » « au revoir » et encore, j’avais parfois l’impression de l’embêter un peu …

Mais attention, qu’on ne se m’éprenne pas : je n’ai absolument rien contre les caissières, bien au contraire. Elles y passent 35h par semaine dans cet environnement ! Chapeau !

Donc la vraie cerise sur le gâteau, c’est le lien social !

Parler à des gens ! … et pas qu’au boulot. Car il est vrai que j’ai un travail où le lien social existe. Il est vrai également que je fréquente des associations où le lien social existe … Mais je m’étais tout de même un peu enfermée dans une routine « métro-boulot-dodo ».

Alors pourquoi ne pas découvrir un « petit »* producteur local qui cultive, élève selon nos propres convictions ? Pourquoi ne pas oser emprunter à notre voisin un outil plutôt que de l’acheter ? … Bref, sommes nous obligé d’attendre la « fête des voisins » pour parler à nos voisins ?

J’avoue avoir eu beaucoup de difficultés. Les grandes surfaces ont cet avantage d’être anonymes et, pour une personne aussi réservée que je le suis, c’est pratique. Alors me rendre sur le marché avec mes bocaux hou là là  … ce fut dure, mais le jeu en vaut vraiment la chandelle ! Et plus ça va et plus je mets du temps à le faire mon marché !

j’ai mis « petit » entre guillemets car le producteur n’est pas toujours petit, hein, un des maraichers chez qui je vais me regarde de bien haut, lui !

___________________

 

Et vous quels  sont vos arguments ?

2 réponses à “pourquoi réduire ses déchets #4

  1. c'est bon à savoir ! u sujet très intéressant !

  2. dans notre nouvelle vie à la campagne nous avons bousculé nos habitudes … on achete aux petits producteurs (du coup à force de nous voir on a des cadeaux 🙂 , une chocolatine par ci chez le paysan-boulanger , des fraises chez le maraicher …) , on parle avec nos voisins (qui sont à 200m) , l'homme de la maison rend des services aux voisins (passer la debroussailleuse …) , on s'offre des legumes en trop … bref ça change à 100% de notre vie en ville ! On a beaucoup moins de monde autour de nous, mais plus de lien social etrangement .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *