Interview de Myriam Underwood, créatrice de la marque La révolution textile

Au printemps 2014 je découvrais un très beau projet : un vêtement qui relevait le pari fou d’être 100% fabriqué en France et dont tout le processus était traçable et clairement annoncé. Ce pari c’est Myriam Underwood qui la relevé en créant ses produits « La révolution textile ». Myriam nous raconte son parcours semé d’embûches mais fort en convictions.

Ce projet m’a largement inspiré dans la création de mes propres produits, de mon éthique, de ma démarche. Elle m’a fait découvrir le lin, cette belle matière, cultivée en France.

C’est la raison pour laquelle, je voulais vous partager ce coup de cœur !

 

1. Qui est Myriam, quel est ton parcours ?

J’ai fait des études de langues et de commerce à Lyon puis j’ai passé quelques années au Japon où j’organisais des événements culturel. C’est d’ailleurs au Japon que j’ai réalisé que je souhaitais vraiment travailler dans la mode.


J’ai donc intégré l’Institut Français de la Mode (IFM) pour une année pendant laquelle j’ai tout appris. 7 ans et plusieurs jobs d’acheteuse, chef de projet et chef de produit plus tard, je me suis retrouvée à Toulouse sans emploi.


Cela faisait déjà quelques temps que je me posais des questions sur les conditions de travail des travailleurs du textile, le bilan carbone, les problèmes d’environnement, … tout en constatant qu’on trouvait de moins en moins d’usines de textile en France. Au chômage, j’ai réellement commencé à me documenter sur ces questions.


Et je suis tombée de haut !

 

2.  Depuis combien de temps existe « La Révolution Textile » ? quelles ont été tes motivations pour créer ta propre entreprise, tes propres produits ?

 

J’ai décidé de créer ma société, JUSTE, et la marque La Révolution Textile en 2013. La boutique en ligne est ouverte depuis septembre 2014.

J’avais ouvert les yeux en 2011 sur tout ce qui ne va pas dans le textile et je voulais voir s’il était encore possible de créer une ligne de produits 100% en France, dans les meilleures conditions possibles. Un produit qui regrouperait toutes mes valeurs : la traçabilité, le local, l’écologie et depuis 2016, le véganisme.

3. Comment choisis tu tes matières, crées-tu tes modèles ? Est-il facile de trouver des matières premières correspondant à l’éthique de « la révolution textile » ?

Je suis partie de la seule matière locale et écologique que j’ai pu trouver en quantité et adaptée à un process industriel : le lin.

Mais ça n’a pas été simple puisque le seul filateur français me demandait au départ d’en acheter au minimum 1 demi-tonne ! Il a fallu ensuite trouver une usine de teinture française qui sache travailler le lin et soit certifiée Oeko-Tex. Trouver un tricoteur en France n’a pas été une mince affaire non plus…

Il m’a fallu quasiment 18 mois et 10 000€ dépensés en essais et en protos pour arriver à fabriquer un produit entièrement fabriqué en France, à partir de la matière première jusqu’à chaque élément de l’emballage.

Depuis, j’ai mis de l’eau dans mon vin et j’ai privilégié la qualité et l’esthétique en changeant d’usines. Tout en restant écolo et local, je fais appel à des tricoteurs et usines de teinture portugais.

 

4. De manière général, qu’est-ce qui t’inspire le plus ?

L’écologie. Cela regroupe le respect de la planète mais aussi des humains et des animaux.

5. Quels sentiments as tu, lorsque tu réalises que tu inspires certains par tes modèles, le message que porte ta marque ?

Je n’ai jamais eu vraiment cette impression d’inspirer qui que ce soit ! Peut-être que d’autres personnes connaissent cette volonté que j’ai eu aussi d’aller jusqu’au bout de ces rêves, aussi fous soient-ils ! Mais je ne pense pas y être pour grand-chose…

C’est vrai qu’il y a une émulation ces dernières années de personnes qui réalisent leur petit projet dans leur coin. La somme de ces petits projets constitue une grande vague de changement !

6. Un film m’a beaucoup inspiré, « Demain, le film » et m’a inspiré une question pour toi : Quel monde aimerais-tu voir émerger demain ?

J’ai beaucoup aimé ce film. Enfin un documentaire grand public sur les initiatives positives dans le monde ! Ça fait du bien !!

Le monde pour demain ? Un monde qui ne marche pas sur la tête, qui avance sur le droit chemin. Des hommes conscients et responsables !

 

————————————————

 

Vous pouvez retrouvez les produits de Myriam dans sa boutique en ligne : La Révolution Textile,  découvrir sur son blog l’histoire de ses produits, ses convictions et coup de cœur, vous pouvez aussi la soutenir sur les réseaux sociaux.

Je vous invite également à lire le très bel article de Natasha des Echos Verts sur La Révolution Textile.

2 réponses à “Interview de Myriam Underwood, créatrice de la marque La révolution textile

  1. Très bel article ! Merci pour cette découverte. J’ai appris beaucoup de choses sur le lin qui est un textile que l’on ne voit pas souvent (je trouve) dans les habituelles collections de textiles bio-équitables. En ce qui concerne le label OEKO-TEX®, c’est la meilleure certification qui soit et elle n’est pas aisée à obtenir. Bravo pour cette petite rêve-olution, c’est une belle histoire ! Souhaitons qu’elle puisse inspirer d’autres créatrices et créateurs textiles !

    • Auteur de cet article Clarinet Verte

      Bonjour,

      Oeko tex est effectivement une très bonne certification.

      Pour le coton, cependant, je lui préfère GOTS. Car en plus de la garanti environnementale, cette certification ajoute une garanti équitable. Suite au reportage sur la culture du coton conventionnelle cela me semble intéressant.

      Belle journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *