Une rentrée zéro déchet

Comme tous les ans, nous voilà, aux abords de la rentrée. C’est une période sensible, souvent synonyme d’achats qui peuvent ruiner notre porte-feuille et la planète. Je vous propose de découvrir comment nous nous organisons pour une rentrée sereine et zéro déchet.

 

1 – faire du tri et ne garder que l’essentiel

C’est la toute première étape. Elle permet de se désencombrer, de se défaire du superflu et de faire de la place. Depuis peu (6 mois), cette étape, je la réalise avec les enfants. J’ai enfin compris que c’était important. Je pense qu’ils comprennent mieux l’intérêt de ce tri et, de ce faite, le respect mieux par la suite.

Je procède par famille de choses, les livres, les jouets, les vêtements … Chez nous les jouets quittent les chambres. Les enfants ont une salle de jeux. Mais assez étonnamment, les jouets prennent leurs petites jambes et remontent dans les chambres ; )

Pour le reste, je demande à mes enfants de réaliser 3 tas (qui en général se termine en 2) :

  • ce qu’il aiment et veulent garder,
  • ce qu’ils n’aiment plus et veulent s’en séparer,
  • le tas du doute (je ne sais pas). En général ce dernier finit avec le second, ce qu’il ne veulent pas garder.

J’insiste bien sur leurs envies, leurs besoins. Si je veux que ce tri soit respecté, je fais en sorte que le choix vienne d’eux. Le plus dur pour moi est de le respecter. Car je ne suis pas forcement d’accord avec leurs goûts. Mais ce qui m’importe c’est qu’ils soient bien avec leurs affaires.

Ensuite nous reprenons le tas « ce qu’ils veulent garder » et nous le réduisons car souvent ils gardent bien plus que leur véritables besoins. Nous gardons 4-5 pantalons, un dizaines de hauts manches courtes et manches longues, quelques jupes/robes … Au final, ils se séparent de la moitié des affaires. L’une de mes filles m’a fait remarquer que la dernière fois que nous avions fait des achats, nous n’avions pas retiré l’équivalent de sa garde robe. Et que c’était pour ça qu’elle avait autant de choses à enlever et que son armoire était encombrée. A 8 ans, je trouve ça d’une grande maturité !

2 – évaluer les véritables besoins

Il est difficile aujourd’hui de bien connaitre nos véritables besoins. Tout autour de nous nous pousse à la consommation en faisant naitre de nouvelles envies. Les enfants n’y échappent pas. D’ailleurs, je pense même que c’est la première cible des marchants de tapis. Il est si compliqué aux parents de résister à leur mou de « chat potté ».

C’est de ce fait une question qui revient très souvent à la maison « mais en as-tu vraiment besoin ? » Les enfants ont maintenant l’habitude et la période de la rentrée n’y échappe pas.

  •  as-tu vraiment besoin d’un cartable neuf ?
  • as tu vraiment besoin d’une tenue neuve juste pour le jour de la rentrée ?
  • as-tu vraiment besoin que je rachète une boite de feutres alors qu’il ne t’en manque qu’un seul ?

A toutes ces questions mes enfants ont dit non.

Cependant, je réfléchie bien à leurs véritables besoins. Et pour un enfant, à l’école, avoir un classeur « qui claque » peut être un besoin. Par exemple cette année ma plus grande à insister pour que je lui achète un classeur avec un lion dessus (merci Mia …) plutôt qu’un classeur tout simple. Cela lui semblait important. Cela ne me semble pas exagéré.

Nous reprenons ensuite ensemble les listes fournis par l’école. Et nous regardons ce qu’ils ont gardé de l’année précédente et en bonne état (trousses, feutres, crayon, règles, compas, équerres …) et je me permets de les adapter. Par exemple, un chiffon pour essuyer l’ardoise, des stylos rechargeables (plutôt que X stylos), de gros tubes de colle (plutôt que X petits …). Je n’ai jamais eu de soucis.

Je vous parle des fournitures scolaires. Mais je fais de même pour les vêtements.

Je prépare ainsi ma liste de courses, vêtements et fournitures.

3 – faire des achats d’occasion

Pour les vêtements, je trouve facilement des lieux où acheter d’occasion : recycleries, magasins de secondes main, dépot-vente. Mes filles ont 8 et 10 ans et la proposition est assez large pour y trouver des choses dont elles ont besoins et qui leur plaisent.

exemple de tenue d’occasion que ma fille a adoré cette année (cout mois de 10 euros)

Les seules choses que je n’arrivent pas à acheter d’occasion ce sont les chaussettes/chaussures (j’en trouve peu) et les sous-vêtements (je n’arrive pas à passer ce cap). Il y a aussi un creux dans la proposition en occasion (entre 12 et 18 ans).

Pour les fournitures on trouve facilement également des classeurs, trieurs, cartables …

Cela permet de faire de belles économies.

4 – A défaut faire des achats neufs, solides et durables

Il y a cependant des affaires que je n’ai pas trouvé/ou n’ai pas voulu (à ce moment-là) acheter d’occasion.  Dans ce  cas là, autant que possible je recherche des produits solides comme ces cartables. L’un d’eux va démarré sa 4eme et dernière rentrée ! Acheté à 70 euros, nous en sommes donc à 17 euros le sac en prix de revient, bien moins cher que tous ses équivalents bon marché et très peu solide.

Pourquoi dernière rentrée ? car ma fille l’année prochaine entre au collège. Et je pense donc que pour cette étape importante, changer de cartable sera indispensable.  J’ai déjà une petit idée de la marque.

Pour les fournitures nous allons comme tous les ans dans une papeterie qui vend ses produits en vrac. Nous n’achetons que le strict nécessaire en évitant les nombreux lots. Et cette année j’ai pu tout trouver sans emballage. J’aime faire mes achats dans ce lieu car j’y trouve tout le nécessaire et que l’ambiance y est très calme. Le lieu est de petite taille, mais nous ne nous sentons pas oppressés. Les enfants peuvent librement (dans le calme) feuilleter des livres. Bien loin des grandes surfaces.

Et oui car vous l’avez compris par de grands magasins à la rentrée. Pas de besoins de m’y rendre. ET cela rend la rentrée beaucoup, beaucoup plus sereine !

Et vous comment faites vous/avez vous fait vos achats de rentrée ?

 

Mes autres articles sur la rentrée :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *