Accueil

La rue de la transition énergétique et citoyenne

Un bel évènement pour les habitants de Loire atlantique et alentours …

Alternatiba Nantes  avec Colibri 44 et le collectif FIL organise la rue de la transition énergétique et citoyenne. Pour cette occasion, alternatiba nantes m’a inviter à partager mon expérience du mode de vie zéro déchet. Alors n’hésitez pas à passer, vous inscrire sur les ateliers, à venir partager vos astuces, …



5 ateliers de découverte …

Au cours de cette journée je vous propose des ateliers pendant lesquels je vous montrerai comment réaliser vos produits ménagers, vos cosmétiques …



– 10h à 10h45, un atelier de découverte « prendre soins de ses cheveux » : http://boutique.sakaide.fr/ateliers/31-atelier-alternatiba-nantes-1-230917.html

– 11h30 à 12h15, un atelier de découverte « prendre soins de sa peau » : http://boutique.sakaide.fr/ateliers/33-atelier-alternatiba-nantes-2-230917.html

– 14h à 14h45 atelier de découverte sur les produits ménagers naturels dans la cuisine http://boutique.sakaide.fr/ateliers/34-atelier-alternatiba-nantes-3-230917.html

– 17h à 17h45, un  atelier de découverte sur le soins dulinge : http://boutique.sakaide.fr/ateliers/35-atelier-alternatiba-nantes-4-230917.html

– 18h à 18h45, atelier de découverte, produits ménagers naturels dans la salle de bain et les WC http://boutique.sakaide.fr/ateliers/36-atelier-alternatiba-nantes-5-230937.html

Et une conférence à 15h15 …

 

 

Le mode de vie zéro déchet vous interroge ? vous ne savez pas comment commencer ? vous pensez que ce n’est pas pour vous, trop compliqué, trop extrémiste, trop cher ? …

Cette conférence est pour vous !

Comment une famille de 5 personnes et un chat parvient-elle à réduire ses déchets de 97% en 6 ans ? quelles sont nos motivations ? comment démarrer en mode de vie zéro déchet ? Voici quelques questions auxquelles je vais répondre lors de cette conférence.

* Les ateliers ont lieu sur le stand dédié à Sakaïdé. Ils sont gratuits. Si vous le souhaitez, vous pouvez vous inscrire en suivant le lien. L’inscription n’est pas obligatoire mais me permet de connaître vos attentes. De plus vous y aurez également plus de renseignements sur le contenu des ateliers.

* La conférence a lieu dans le lieu dédié aux débats et conférence organisé par Alternatiba Nantes.

* Vous retrouverez également en vente tous les produits de la gamme Sakaïdé sur le stand.

 

 

Tu seras là ?

Courgettes à l’aigre doux

Une recette antigaspi pour les grosses courgettes

Quand 4 de vos amis, séparément, vous parlent de la même recette de cuisine dans la même semaine, il y a comme un message subliminal …,

Quand, en plus, elle permet de conserver un légume d’été dont on se sait trop quoi faire lorsqu’il a un peu trop grossit. Je parle bien sûr de la courgette oubliée sur le pied … et d’éviter ainsi le gaspillage de ces beaux légumes,

Je me dis, je vais testé et … j’ai adoré.

recette de courgette aigre doux

Depuis je la partage, comme hier, lors d’un atelier organisé autour de la conserve, et, à chaque fois, c’est le même verdict : « Mais c’est quoi la recette ! » … Alors, la voici. Bien sûr, je ne l’ai pas inventée.Cette recette se trouve un peu partout dans les réseaux? Mais je l’ai un peu modifiée pour l’adapté à mon palais un peu délicat !

Oh c’est la rentrée !

Oh mais c’est la  rentrée …. et la clarinet reviens pour l’occasion après avoir pris un peu de repos cet été, profité des enfants et préparer en août un bel évènement dont je vous parlerais un peu plus tard ….

rentrée zéro déchet

Une rentrée un peu spéciale

Mais parlons un peu rentrée.  Ici c’est un peu spécial, plus d’enfants en maternelle, la petite dernière vient de rentrée en CP ( et contrairement au souhait de mes filles, cela ne se reproduira pas de si tôt !). Mes filles découvrent également les joies du transport en commun. Quant au grand, lui,  passe le bac de français en fin d’année … hou là là, ça nous rajeunit pas tout ça !

Et les fournitures ?

Mais qui dit rentrée, dit fournitures scolaires et là, catastrophe niveau emballage ! comme depuis 2 ans, je pars à la chasse aux produits non emballés. C’est pourquoi, je ne fréquente que les papeteries de petites taille. Je vous invite à relire mes articles précédents sur le sujet, pour la rentrée 2015 et la rentrée 2014.

fournitures scolaires

Cette année j’ai fait mes achats le vendredi après midi précédent la rentrée (soit 3 jours avant la rentrée), Bonjour l’anticipation ! et en plus avec mes 2 filles. Pour ceux qui ne les connaissent pas en vrai (et vous êtes nombreux ici), elle sont pleines de vie, dit-on 😉 … Et bien cela c’est passé bien mieux qu’on ne pourrait le croire !

Voici en photo, le tas de fournitures achetées en vrac

 

Mon coup de cœur

Déjà acheté l’année dernière pour la plus grande, sa sœur a souhaité le même. Et quelle belle idée lui en a pris. En effet, bien que le coût de ce cartable est assez élevé (près de 70 euros), il le vaut bien 😉 Qui n’a pas déjà acheté un cartable a bas coût et devoir en cours d’année refaire un achat. Cela m’est déjà arrivé plusieurs fois avec mon fils (c’est un garçon me direz vous. Mais voyons ! les garçons prennent aussi soins de leurs affaires 😉 ) Non c’est pas vrai, le premier cartable de ma fille n’avait pas tenue longtemps.

cartable Tann's

Alors je ne vous ferais pas un article détaillé sur ce cartable (je pense qu’à ce jour, la plupart des enfants sont équipés), mais voici les avantages que je lui trouve :

 

  • il répond aux fonctions qu’on lui demande : transporter et protéger les affaires de nos chères têtes blondes (ou pas). Mais c’est pas donné à tout les cartables. Le fond est en plus renforcé par un plastique épais, ce qui est intéressant, dans mon pays pluvieux !
  • les coutures semblent solides et, après un an d’utilisation pour la plus grande, il est toujours impec, ce qui n’est pas non plus donné à tous les cartables !
  • les matières utilisées sont en plastiques recyclés, un joli plus, pour cet effort écoresponsable, mais si on sait, le pastique c’est pas fantastique … ils en font en cuir … et ça c’est pas donné à tous les cartables !
  • ils ont un styles très sympa, et c’est pas donné … on a compris .

Le petit bémol, c’est le prix. Mais comme le disait ma grand mère (ou celle de mon chéri) « on a pas les moyens d’acheter bon marché ! « . Quel bon sens ! Et oui car si on ramène au nombre d’années que va faire ce cartable, au moins 2, c’est sur, et j’espère bien plus, il ne coûte pas si chère. Si il tiens 3 ans, ça le ramène à 23 euros par an…

 

Mon coup de gueule

Dans la liste, se trouvais 5 feutres dit véleda (car veleda c’est un marque, hein). Donc quand on a 2 enfants, ça fait 10 feutres. J’avoue que j’étais malade à les prendre. Alors si dans l’école, il y 300 enfants, faites le compte : cela fait 1500 feutres ! De même pour les tubes de colles : 1500 tubes de colles à l’école (bon j’exagère un peu, car je ne suis pas sur qu’il en demande autant dans tous les niveaux), mais ça donne une idée. D’autant plus qu’il peut y avoir d’autres solutions, pour la colle notamment, car tout ça ira à la poubelle !feutres velleda

bâton de colle

Bilan

Alors, oui, cette année, nous avons réussi à faire des achats sans emballages non recyclables et quelques petites cartonnettes (emballages de feutres et crayon de couleurs). J’attends aujourd’hui la liste du plus grand.

cartonnette

Mais l’achat, chaque année, d’autant d’objets qui finirons dans moins de 10 mois à la poubelle, me laisse un petit goût pas très agréable … il va falloir que je trouve des alternatives … et convaincre les maîtresses !

 

interview Lezard au jardin

Il y a un an, lors d’une réunion au collectif permaculture 44, devenu depuis une association, j’ai rencontré Laura, une jeune fille pétillante de vie. Elle construit un lieu pédagogique autour du jardinage, Les lézards au jardin, qui m’a séduit de suite … Alors j’avais envie de vous en parler. J’ai retrouvé Laura et elle vous parle de son lieu, de sa philosophie et de la permaculture selon Les Lézards au jardin.

Qui sont les Lézards au Jardin ?

Les Lézards au Jardin c’est avant tout une philosophie, une vision de son monde et l’envie d’apporter sa pierre à l’édifice. C’est un projet naissant qui a pris forme peu à peu après de nombreuses rencontres, expériences, voyages. C’est une ouverture sur le monde et sur ce qu’elle a envie d’y apporter pour contribuer à sa sauvegarde et sa protection. C’est aussi l’envie de créer des emplois, d’être indépendant, de décider en collectif, de manière collégiale chaque décision, l’articulation de ce lieu de vie, de ce projet.

Chacun a droit à la parole, à faire des suggestions, à donner des idées, à partager, transmettre ses savoirs.

Notre souhait est de créer un lieu de vie où les gens de tout horizon se mêlent et s’entremêlent. L’envie de faire des choses ENSEMBLE en non pas chacun de son côté. Aucun intérêt et aucun épanouissement possible si on continue dans cette direction. En contribuant à ce projet on montre que c’est possible ! C’est possible d’appliquer des changements à son échelle, autour de soi. Si chacun fait un peu ça on a des chances de sortir de la sauce dans laquelle on est actuellement et de prétendre à une vie plus heureuse, apprécier le bonheur au fond de soi et non vouloir assouvir nos désirs immédiats. Plus de concret et de naturel plutôt que de l’éphémère et du superficiel.

 

Quels sont les objectifs des Lézards ?

L’association a pour but de sensibiliser et d’éduquer tout public (enfants, jeunes, adultes, personnes en situation de handicap, collectivités) à la richesse et à la fragilité de l’environnement, et donc de contribuer à sa préservation et sa protection.

Le projet éducatif s’inscrit dans les objectifs généraux de l’association :

• Former des citoyens concernés et responsables de leur environnement.
• Assurer des actions de formation, d’animation et d’information.
• Être un lieu d’échanges, d’expériences, d’expérimentations, de transmissions et de recherches pédagogiques sur la pratique de terrain.
• Favoriser des approches pluridisciplinaires passant par des méthodes actives.

Pour cela, l’association met en œuvre tous types d’actions à travers des activités éducatives comme le jardinage biologique, l’alimentation et l’expression artistique en milieu naturel. Elle intervient également au sein de toutes structures pour l’accompagnement de projets individuels ou collectifs et l’aide à la création de jardins.

Le projet éducatif s’articule sur quatre objectifs majeurs :

– FAVORISER L’EPANOUISSEMENT DE LA PERSONNE
– EDUQUER AU VIVRE ENSEMBLE
– EDUQUER L’HOMME À LA NATURE ET DANS LA NATURE
– EDUQUER AUX TERRITOIRES ET A L’ENVIRONNEMENT

Qu’est ce que la permaculture pour toi ?

La permaculture ?? Et bien ce sont des toilettes sèches, des buttes, des hippies et du jardinage de faignant. AH ah je blague bien sûr !

POUR MOI, je dis bien POUR MOI, je dirais que c’est depuis quelques années une appellation en vogue ! Et qui d’ailleurs m’agace un peu car j’ai l’impression que l’on ne jure que par ça en ce moment. Tout le monde en parle. La perma ce n’est pas QUE le jardin !  C’est un ensemble de choses : l’habitat, la communication, les humains, le jardinage… une manière d’imbriquer les choses de façon intelligente et durable.
C’est un mélange de plusieurs outils connus depuis très longtemps déjà pour certains et nouveaux, modernes, pour d’autres. Tout cela est adaptable ou pas selon son propre environnement et qui résulte après un constat, à une connaissance de ce qui nous entoure. C’est une question de bon sens, d’expériences, d’expérimentations et le fait d’appliquer une bonne logique.

Je pourrais marquer partout  « les Lézards au Jardin, jardin pédagogique en Permaculture » car c’est hyper en vogue. J’aime l’idée de me dire que nous sommes en perma mais que ce n’est pas notifié.  C’est un constat qui est fait simplement. Il suffit de remarquer que notre fonctionnement est de faire attention à tout ce qui nous entoure et que nous nous en inspirons des principes de la permaculture.

Je me forme aussi beaucoup et je découvre d’autres méthodes comme par exemple la méthode Herody, aussi très intéressante et n’allant pas forcément dans le sens de la permaculture. Je pense qu’il faut être ouvert et s’intéresser à tout ce qui existe et ensuite se faire son propre avis, faire ses choix. Il peut y avoir beaucoup d’avis controversé rien que dans le domaine du jardinage et il faut faire attention avec le manque d’informations et de connaissances. Il faut du temps, faire ses expériences.

Ce qui marche chez moi ne marchera pas forcément chez l’autre.

Où en sont les Lézards dans l’avancement du projet ?

Et bien on ne s’ennuie pas ! Beaucoup de belles choses se dessinent .

Nous investissons un deuxième jardin depuis cet été à la Chapelle sur Erdre au Jardin des Hespérides qui se situe à la Ferme Fruitière de la Hautière. Nous sommes fous !?? A vrai dire, on a peur de s’ennuyer avec un seul jardin 😉

Le prochain chantier participatif aura donc lieu aux Hespérides, dimanche 1er octobre pour embellir le lieu et le préparer au mieux.

 

Sinon, nous allons à la rentrée de septembre travailler avec les écoles de Nantes en partenariat avec Sequoia et avec la commune de Carquefou. C’est donc aux Hespérides que nous accueillerons le public scolaire.

Le jardin de Mouline servira à accueillir d’autres publics et plein d’autres projets. Mais un peu de suspense, je ne peux pas tout dévoiler maintenant 😉

Quels sont aujourd’hui les besoins des Lézards ?

Les besoins des Lézards sont toujours de façon régulière une aide matérielle pour du bois, de la visserie, des outils etc.. Nous sommes aussi preneurs de bricoleurs, artistes, personnes bénévoles motivées pour faire partie de l’aventure et s’engager à nos côtés pour faire vivre le lieu, les différents projets.
Nous rechercherons un service civique début 2018 et avons prévu de prendre des stagiaires (BPJEPS et autres ). Il y a tellement de choses à faire, tant de choses à créer que pour développer et créer de nouveaux projets c’est un véritable terrain de jeux ! Je trouve aussi intéressant d’apprendre, de transmettre et d’échanger avec d’autres personnes.

Alors n’hésitez pas, si vous voulez donner un petit coup de main, bricoler, jardiner, échanger, contactez les Lézards au jardin … Des lézards qui ne lézardent pas tant que ça !

page facebook et site internet

Les lézards au jardin c’est donc 2 jardins :

– Chemin du courbet
quartier Mouline
La Chapelle sur erdre

– Jardin des Hespérides  La Hautière
La Chapelle sur erdre

Connais-tu un jardin pédagogique près de chez dont tu aimerais parler …

Jardiner en période de canicule !

Ça n’a échappé à personne, il fait chaud. Alors qu’à tous ceux qui disent qu’il ne fait pas beau en Bretagne, venez ! Aujourd’hui, nous avons frôlé les 40° à l’ombre et pourtant le jardin à besoins de nous …

Alors voici quelques conseils pour affronter la canicule au jardin.

Quand jardiner ?

J’ai encore beaucoup de travail dans mon jardin. Il faut dire que ces dernières années, avec l’arrivée de mes 2 filles, je l’ai un peu négligé, focalisant sur le plus pressé. Aujourd’hui, j’ai envie de lui redonner un peu vie, tout en lui gardant l’allure champêtre qu’il y a gagné.

Désherbage de notre cours d’entrée, débroussaillage de nos parterres envahis de ronces, taille de petits arbustes et bien sur installation des plantes potagères. Que de travail en vue. Alors devant ce monticule de tâches, dimanche matin, je me suis jetée sur mes parterres. Affairée que j’étais je ne me suis pas rendu compte de l’heure qui passait et j’étais encore en plein soleil à midi. Ça a un peu chauffé !

En effet, si on pratique une activité sportive alors qu’il fait très chaud, le corps n’arrive plus à réguler la température et c’est le coup de chaud. Cela peut arriver à tout le monde. Pour ma part je me suis arrêtée à temps. Du coup il est préférable de jardiner à la fraîche, tôt le matin ou tard le soir !

Quand arroser ?

Ah ce dilemme, le matin ou le soir ? Avant ou après la grosse période de chaud de la journée ? Chacun de ces moments à ses avantages et ses inconvénients.

En temps normal, il peut ne pas être conseiller d’arroser le soir. Arroser peut mouiller les feuilles des plantes, ce qui peut favoriser le développement des maladies, comme le mildiou. En arrosant le soir, les plants restent humides toute la nuit.

Mais là, à près de 40° le mildiou et son ami l’oïdium ne sont pas prêts de se développer. Alors je préfère arroser le soir. C’est plus confortable pour moi et les plantes profitent plus longtemps de la fraîcheur. De plus, en cas d’arrosage le matin, on peut griller les feuilles avec l’eau (les gouttelettes font un effet de loupe).

 

Pailler le jardin

Comme je vous l’ai expliqué je paille mes bandes potagères toute l’année. En hiver pour protéger la terre de la battance de la pluie qui la tasse et en été pour préserver la fraîcheur. J’ai fait un bel arrosage hier et aujourd’hui à 18h, la terre est toujours humide sous la paille. Cela permet donc d’économiser l’eau si précieuse et d’éviter le stress hydrique pour les plantes (alternance de période de soif et de période humide).

Doit-on planter  ? et comment ?

On vous a offert des plants ou comme moi, vous avez pris un peu de retard dans vos plantations, peut-on donc les planter ?

En réalité ce n’est pas trop conseillé car transplanter un plant le stresse. Donc en période de sécheresse, à ce stress, s’ajoute le manque d’eau. Mais comme la météo annonce au moins 15 jours sans eau et que mes plants n’en peuvent plus d’être dans leur pot. J’ai tenté une plantation. Le mieux est de le faire le soir pour qu’ils puissent profiter de la relative fraîcheur de la nuit. Je l’ai bien arrosé et ce matin, après un autre arrosage,  je les ai couvert d’une cagette renversée pour leur faire ombrage. Pour l’instant cela semble tenir le coup.

J’ai également fait quelques semis. Je sème dans une rigole. Cela rend plus facile l’arrosage et j’ai remarqué que le fond reste plus longtemps humide, ce qui est important pour assurer une bonne levée. Par contre j’espère que la forte chaleur va permettre la levée.

Ici des haricots qui ont un peu plus d’une semaine. Je les ai planté dans une rigole. J’ai effectué un arrosage hier et aujourd’hui à 18h, c’est toujours humide …

 

Pour le reste, le jardinier doit faire comme tout le monde : rester au frais, ne pas trop se couvrir, bien boire et attendre que ça se passe. Et pourquoi pas profiter de ces moments, pour se reposer, méditer sur notre impact écologique et prendre de bonne résolutions 😉

 


Et vous quels sont vos astuces pour passer cette période bien chaude ?

 

 

 

Agenda de juin 2017

La fin de ce premier semestre 2017 est très chargée en évènements. En voici un petit récapitulatif.

———

Lundi 5 juin 2017 à 16 h 

Le miroir d’eau, à Nantes – dans le cadre du festival SPOT –

RENCONTRE sous la yourte de Malycium Lab – l’Aparthé. Camille et Saskia m’ont invité à relater la façon dont ma famille à démarrer dans le mode de vie zéro déchet. Ces 2 jeunes filles créent un salon de thé ambulant, l’Aparthé, lieu d’échanges, de mixité, de mélange de cultures, en mode zéro déchet.

vendredi 9 juin 2017 à 20h30

CONFERENCE, EN ROUTE VERS LE ZERO DECHET –  Cinéma Montluc, rue Chauvin de la Musse, Saint Etienne de Montluc (44) – organisé par la commune dans le cadre de la semaine du développement durable.

Venez découvrir comment ma famille a réduit de 95 % ses déchets en 5 ans puis échanger sur le mode de vie zéro déchet.

samedi 11 juin 2017 à 16h

Camion Ulysse, rue de 2 ponts à Nantes(44) – Atelier Ma routine Zéro Déchet – dans le cadre du Tour de France Lamazuna.

Je vous présente mes objets fétiches zéro déchet, de la cuisine au salon en passant par la salle de bain.

jeudi 15 juin 2017 à 19h

CONFERENCE, EN ROUTE VERS LE ZERO DECHET –  Foyer de Jeunes travailleurs, route de Nort sur Erdre à Nozay (44) – dans le cadre de la semaine du développement durable. Organisé par Habitat Jeunes Odysee et la Communauté de Communes de la  Région de Nozay

Venez découvrir comment ma famille a réduit de 95 % ses déchets en 5 ans puis échanger sur le mode de vie zéro déchet.

les samedi 24 et dimanche 25 juin 2017

RENCONTRE et ECHANGES sur le mode de vie Zéro Déchet – Parc de Noisiel (77) dans le cadre de l’Oxy’Trail

Je vous présente mes objets fétiches zéro déchet, de la cuisine au salon en passant par la salle de bain et tous les produits de la marque Sakaïdé. Mais je fais pas le Trail 😉

—-

Et des ateliers de jardinage Naturel ou de confection de cosmétique, en petit comité …

—-

Alors on se rencontre ?

recette traitement antifongique (mildiou et autres …)

Voilà bien mon ennemi juré dans mon jardin : le mildiou ! Une région où il ne fait pas très chaud, un environnement un peu humide ( des marais tout prêt), Bref l’environnement favori de ce champignon tueur de tomates ! GRRRRR !

tomates touchées par le mildiou

Car pour mieux combattre un problème, il faut en connaître l’environnement propice. Pour le mildiou une température entre 20 et 30°c et une atmosphère humide. En dessous de 20° et au dessus de 30°, la croissance du « champignon » est ralentie voir inhibée.

Le mildiou, ou plutôt les mildious, car il y en a plusieurs, sont  des parasites microscopiques proches des champignons. Ils sont présents dans le sol sous forme de spores et se développent dès que les conditions sont favorables. Ils peuvent s’attaquer à différentes plantes dont les tomates, pomme de terre, vignes, fraises …

Alors comment éviter la prolifération du mildiou ?

  • planter dans des zones bien exposées au soleil pour que la rosée du matin ne reste pas trop longtemps,
  • espacer les plans pour éviter la prolifération de proche en proche,
  • utiliser des plans résistants ou plus résistants, certaines variétés sont réputées,
  • supprimer les parties atteintes
  • ne pas laisser sur place des plans atteints
  • réaliser une rotation des cultures

Voilà différentes idées que je trouve dans le net. J’en ai essayer certaines, sans réelle réussite. Et au cours de l’été, parfois dès juin, je vois poindre des tâches sur les pieds de tomates.

 

Comment traiter un plan atteint ?

A ma connaissance, il n’existe pas, en agriculture biologique, de traitement curatif. Une fois qu’un pied est atteint, on ne peut pas déloger le mildiou. On peut cependant ralentir sa prolifération pour ne pas trop affaiblir le pied et pour éviter la propagation sur d’autres pieds.

Le traitement généralement utilisé en agriculture bio est la bouillie bordelaise contenant du cuivre qui inhibe le développement du mildiou. Cependant, le cuivre est un métal lourd et …. peut s’accumuler dans le sol, perturbe la vie du sol … donc je me résignais à l’utiliser, mais j’en étais pas très fière.

Une alternative à la bouillie bordelaise

Alors quelle fut ma surprise, dans mes recherches sur le net de trouver une autre alternative, moins polluante et qui semblait, selon mes lectures, être tout aussi efficace : le bicarbonate de soude ! non encore lui !

Il semblerait que le mildiou est besoin d’un milieu acide pour se propager. Hors le bicarbonate de soude augmente le pH, ce qui perturbe la croissance du champignon. Trop simple pour être vrai ? Effectivement, j’ai été très dubitative. Mais j’ai testé l’année dernière lors de la première invasion. Et je n’ai pu que constaté que, si l’atteinte n’est pas trop importante, le développement de la tâche est stoppée. Elle change même de couleur (passe du brun-noir à gris). Cependant le bicarbonate de soude nécessite une pulvérisation fréquente, tous les 10 à 15 jours, en période sèche et tous les semaines si le temps est propice. Mais il est biodégradable et très bien toléré par l’environnement (dès lors qu’on ne fait pas une aspersion à grand volume sur le sol).

Comment l’utiliser – faire une solution mère (plus pratique)

ingrédients :

  • 150 g de bicarbonate de soude
  • 1,5 litre d’eau
  • 1 cc de savon noir

recette :

1/ faire chauffer l’eau. Plus l’eau est chaude et plus le bicarbonate de soude est soluble. Par contre, il ne faut pas le chauffer trop car au dessus de 50 °c, le bicarbonate de soude de dissocie et émet du CO2.

2/ Ajouter le bicarbonate de soude et bien mélanger

3/ Ajouter le savon noir.

4/ Laisser refroidir et mettre dans une bouteille.

Vous obtenez, ainsi, une solution mère de 1,5l concentrée à 100g/l de bicarbonate de soude. Le savon noir sert de mouillant (favorise l’accroche sur les feuilles).

A l’usage, cette solution sera diluée en prenant 250 ml de cette solution mère dans 5l d’eau ou 50 ml dans un litre d’eau (en fonction du volume du pulvérisateur), afin d’obtenir une solution de bicarbonate de soude à 5g/l .

Comme tout autre traitement, on le pulvérise sur les plans de tomates, plutôt le soir, pour ne pas brûler les feuilles.

 

Alors navrée, j’ai pris des photos l’année dernière avant et après traitement, mais je ne les retrouve plus, flûte et zut! C’est promis dès que l’invasion commence je vous prends tout ça et vous les mets.

Et toi, quel est ton soucis majeur dans ton jardin, sur ton balcon ?