Difficile de ne pas culpabiliser !

Dans le monde rêvé de LaClarinetVerte, le téléphone portable serait fabriqué en France, dans des matières premières renouvelables et entièrement démontable pour être réparable !

Mais parfois on se heurte à la réalité où ce monde rêvé n’existe pas, alors comment faire avec sa conscience au moment de l’achat ?

Je ne suis ni bobo ni baba #1

Derrière ce titre, volontairement accrocheur, se cache un réel questionnement. Lorsqu’on lit certains commentaires sur les réseaux ou dans les médias, on retrouve souvent ce genre de remarques : « de toute façon, le zéro déchet est une lubbie de bobo … « Et je me suis demandé mais finalement, c’est quoi un bobo ? et un baba … ? Allez, un peu de culture !

bonnes résolutions pour 2016

Et oui, bien sûr, après avoir fait le bilan de l’année, on part sur de bonnes résolutions pour 2016 …

1 – réduire nos déchets

Peut-on faire mieux que 3 containers à la fin de l’année ? Je pense que oui, le dernier container a été rempli par le dernier désencombrement (nous n’allons plus à la déchèterie).

Et puis comme toujours : on ferme la porte aux déchets et il rentre par la fenêtre … L’année dernière certains emballages sont arrivés comme par magie … Il y a des choses que je ne m’explique pas, mais d’autre si ! Il me reste donc encore beaucoup de communication dans mon entourage, sans bien sûr les heurter, ce qui est compliqué.

Alors l’objectif sera peut être d’arriver à 2 containers … je pense que c’est possible.

Et puis, il y a ce meuble que je voulais nous faire : un meuble de tri qui regrouperait tous les « recyclables ». Ben, il a toujours pas vu le jour celui-là !  Pourtant il devrait me permettre d’être plus efficace sur certains tris : les ampoules, les piles … qui sont stockés de-ci de-là.

Et encore et toujours trouver ou transformer des recettes en mode zéro déchet. Cette année je vais me lancer dans le végétal !



2 – m’investir plus dans mon jardin

Dans le film de Demain, un des témoignages qui m’a vraiment marqué est l’exemple de la ferme de Bec Hellouin (je vous en parlerai bientôt). Je me suis jetée sur leur livre et, comme ce fut avec Zéro déchet de Béa Johnson, j’ai pris une claque. Lorsque j’ai réalisé ce que je pouvais faire sur mon petit bout de planète que j’avais emprunté, j’ai eu des fourmillements dans les jambes et l’envie forte de retourner au jardin.

Il est vrai que cette année j’ai eu l’impression de l’avoir un peu abandonné mon jardin, bien qu’il m’est fourni quelques beaux légumes (il n’est vraiment pas ingrat). Mais je pense faire mieux et je vous ferai vivre cette expérience.

3 – Être plus régulière dans mes publications ?

Ça c’est un vrai défi. J’ai eu l’impression parfois de vous abandonner un peu, comme mon jardin. Très occupée par ailleurs, je n’ai pas trouvé le temps. Mais tout ça c’est une question d’organisation. Je vais essayé de faire quelques efforts et je souhaite encore faire vivre ce blog quelques temps.

 

Alors prêt(e)s à me suivre encore pour une année ? 
Et, toi quelles sont tes bonnes résolutions 2016 ?

2 ans de vie zéro déchet

Et oui déjà 2 ans avec vous, comme le temps passe vite !!

Le début d’année est propice au bilan et comme l’année dernière, j’ai envie de me poser et de réfléchir sur ce que m’a apporté 2015 et, voir si les objectifs que je m’étais fixée ont été réalisé.

Alors la première question que je me pose : avons nous réduit nos déchets ? la réponse est oui, un grand oui …  mais 2015 n’a t-elle été qu’une question de volume, de quantité ? la réponse est bien évidemment non …

jusqu’où aller au nom du zéro déchet ?

MAJ 15 mars 2019

Il y a un an et demi, lorsque je me suis lancé dans l’aventure du zéro déchet, je ne m’imaginais aucune limite. Si Béa Johnson était parvenue à ne produire qu’un seul litre de déchets non recyclable, je ne voyais pas ce qui pouvais nous empêcher, ma famille et moi, d’atteindre le même résultat.

Nous nous sommes lancé tête baissée dans la démarche et, comme vous le savez, nos poubelles ont bien fondues.

Et puis, petit à petit, je me suis heurtée à des choix stratégiques et parfois cornéliens. Il est donc temps maintenant de me demander jusqu’où suis-je prête à engager ma famille dans cette démarche ?

Et un sac, UN !

Aujourd’hui, grand évènement chez La Clarinet : nous avons jeté notre sac poubelle dans le container !!

oui, oui, c’est un évènement notable !

ENFIN LA reconnaissance !!!

Comme toutes les bonnes marques, Sakaïdé a ses contrefaçons ! si si.

Alors bien sûr, je n’ai pas inventé le sac à vrac. Savoir que d’autres vendent des sacs à vrac ne me dérange pas. A moi toute seule, je ne peux pas fournir le marché mondiale. Mais de là, à retrouver dans un magasin que je fréquente à Saint Herblain des sacs ressemblant aux miens dans tous les détails … il y a un monde.

Le design des sacs Sakaïdé sont le fruit d’une mure réflexion pour allier praticité, solidité et esthétique. J’ai passé plusieurs mois à réfléchir et essayer les formats, les coutures, à rechercher des fournisseurs en adéquation avec ma démarche …

Je trouve vraiment choquant que le travail effectué par un artisan soit si peu respecté et d’autant plus dans un magasin bio qui prône le respect du travail artisanal et local !!Il faut donc croire que c’est une bonne idée …

Alors si vous êtes intéressé par mon travail, acheter l’ORIGINAL :

– le tissus est 100% bio et en fibres naturelles,
– il est léger et permet donc de faire vos achats sans devoir faire la tare,
– le prix est calculé au plus juste,
– A ce jour, il est EXCLUSIVEMENT vendu sur internet dans la boutique de Sakaïdé sur A LITTLE MARQUET.
– les sacs portent le nom de la marque SAKAIDE (mais ça peut être, un jour, ce sera copié).

 

Je pense bientôt vendre dans des points de vente. Ces points seront
clairement identifiés sur le site dédié à la marque (le site est en cours de
développement).

 

Si vous aimez Sakaïdé, partager ce post à vos amis intéressé par la démarche zéro déchet.

MERCI

 

———————-
Depuis Sakaïdé a sa propre boutique : boutique.sakaide.fr
Vous pouvez retrouver les revendeurs sur le site.