Fabriquer ses cosmétiques naturels

Lorsqu’on parle mode de vie zéro déchet, très rapidement vient la question des cosmétiques. Quels cosmétiques acheter ? Faut-il faire ses propres cosmétiques ? Et comment ?

Il faut dire que le marché du cosmétique est un marché très juteux. Dans notre société où aujourd’hui l’apparence devient le critère de choix, où il faut faire jeune, où le corps ne doit pas être infaillible, de nombreux fabricants/industriels s’en sont emparés.

mes soins de beauté …

Comment réussir à prendre soins de sa peau sans produire de déchets. Cela semble impossible. Toutes les marques de produits nous vantent de beaux produits, dans de beaux emballages faits pour nous faire acheter.

Combien de fois me suis-je fais avoir par ses miroirs aux alouettes dans le but de ressembler aux icônes de ces marques?

Dans notre démarche de réduction de déchets, j’ai commencé par faire sans … Je ne mettais que ma crème fait maison après un bon nettoyage de peau. Mais je me suis rendu compte petit à petit, qu’avoir une belle peau douce était agréable aussi (pour moi !)

Quel est donc mon petit rituel :

zéro déchet

Au quotidien :

la coupe menstruelle et autres protections hygiéniques

Je vois bien la tête que vous faites !

Si si, en début d’année lorsque j’ai découvert cet engin je faisais la même : un peu de dégoût, un peu d’incrédulité, et une question : peut-on vraiment tomber si bas au seul titre de vouloir produire moins de déchets !

réduire ses déchets dans la salle de bain

Je vous propose ici ce que nous avons mis en place dans notre salle de bain pour réduire nos déchets :

Alors prêt ?

pourquoi des couches lavables ? bilan de 31 mois d’utilisation

Connaissez vous les couches lavables ?

Il y a 2 ans, je vous aurais dit non et surtout j’aurais fait une moue pas possible en pensant à l’entretien. Mais lors de la Saint Sylvestre de 2011, j’ai été convertie par des amis (passez voir la page « pourquoi ce blog« ) et depuis je ne jure que par ça, enfin presque.

Donc pourquoi utiliser des couches lavables ?

1 C’est plus écologique. J’ai calculé que pour notre dernière fille nous aurions utilisé 6205 couches !! J’ai lu qu’une couche jetable mettait jusqu’à 500 ans pour se dégrader. Il semble donc évident qu’utiliser des couches lavables soit plus écologique : du point de vue déchet, c’est un acte zerodéchet. Cependant, elles ont tout de même un impact écologique : elles consomment plus d’eau et d’énergie pendant leur utilisation, ce qui, selon l’ADEME équilibre la balance. A moins (toujours selon l’ADEME) d’avoir une bonne pratique pendant l’entretien : faire tourner une machine pleine, utiliser un lave linge performant, utiliser des lessives écolabélisées et sécher à l’air …

2 c’est plus économique : Et là, y a pas photo !

couches jetables : 
0 à 1 an : 2555 couches (à raison de 7 couches par jour) à 27 cts chez Pam… ou 17 cts chez interm…
de 1 à 3 ans : 3650 couches (à raison de 5 couches par jour) à 33 cts chez Pam… ou 25 cts chez interm…

soit un budget de 1894,35 euros (Pamp…) ou 1346,85 euros (interm…)

auquel doit s’ajouter les lingettes :

3 paquets par semaine  (468 paquets en 3 ans) soit 1006 euros chez pamp… ou 674 euros chez interm …

Soit au total : 2900,35 euros (pam …)ou 2020,85 euros (interm…) Ca parait pas comme ça !


Couches lavables :
achat permettant d’utiliser des couches sur 3 jours : 14 couches imperméables, 28 inserts et 4 « boosters » pour les siestes : 494 euros neuves.

Mais nous les avons achetée d’occasion à 250 euros !

Auquel il faut ajouter les feuilles de papier pour recueillir les selles : 4 rouleaux à 10 euros.

Auquel il faut ajouter les disques de coton lavables (fait maison avec des serviettes usagées et du tissus en coton gratté acheté) : 4 euros de tissus

Coût total : 294 euros (occas) voir 538 euros (neuves)

Pour être honnête :
– nous avons commencé les couches lavables, ma fille avait déjà 8 mois (de couches jetables),
– à l’usage, nous avons continué à utiliser des couches jetables les nuits,  à la halte garderie, lors de transport long, pendant les vacances et des lingettes pour les gros popo …

Donc en faisant le calcul et en achetant des couches de marque distributeur, nous avons fait, en fait, l’économie de « seulement » 1000 euros … (mais, c’est mieux dans ma poche, non ?)


3 – et l’entretien ?

En faite, c’est ce que je craignais le plus et ce qui peut le plus freiner. Effectivement, ça demande 3 lessives de plus par semaine. Mais les couches ne se repassent pas, et je l’avoue (en hiver) je les passais au sèche linge. Si cela avait été si contraignant que ça, j’aurais abandonné !

4 – Et les fuites ?

Il y en a eu aussi. Peut être plus qu’avec des couches jetables. Les couches lavables demandent plus de rigueur dans les changes. Je devais changer ma fille toutes les 3 h, si j’attendais trop : c’était la fuite assurée. Au début, il suffit de suivre le rythmes des siestes et faire les changes avant et après le dodo. Puis de maintenir ce rythme en maintenant un change dans la matinée. C’est la raison pour laquelle je lui mettais des couches jetables si on profitait de la matinée pour aller se promener.

5 – et les odeurs ?

Ben oui, du pipi et du caca, ça sent pas bon. Mais dans les couches jetables non plus !!

Nous utilisions des huiles essentielles (un mélange de 40 huiles en spray) pour assainir, désodoriser. Les couches usagées étaient contenues dans une poubelle à couvercle. Quand celui-ci était fermé, on ne sentait rien.

Si c’était à refaire : je le referais. Mon seul regret est de pas en avoir entendu parlé avant et de n’avoir pu l’utiliser pour ma plus grande ( nous avons essayé, mais elle avait 2 ans et les a refusé). Pour le plus grand (de 13 ans maintenant) : je ne sais pas si les couches lavables étaient déjà si performantes.

Ce qui est sûr : ce sont des produits qui s’améliorent constamment et rivalisent de mieux en mieux avec les couches jetables.

Pour aller plus loin :

article dans Consoglobe
document de l’ADEME

 

Le dentifrice

Restons toujours dans la salle de bain et étudions le dentifrice … Non, non , on ne va pas parler chimie aujourd’hui …

Quelle est le point commun entre ces photos :

Ce sont des belles photos de brosse à dent couverte d’une bonne dose de dentifrice. Comme on le voit dans les pub ventant ces produits.  Alors bien sûr, à force de voir ces belles images de « gros tas » de dentifrice, on a tendance à faire autant … Mais ne serais-ce pas le but ?

Dans ce cas quelle est la dose recommandée ?

J’ai trouvé les réponses dans cet article : dentifrice-guide d’achat de UFC que choisir.

Depuis j’ai acheté un dentifrice dont le seul but est de réduire les caries (et c’est ce que je lui demande) et j’ai diminué par 4 la dose sur ma brosse. J’ai réduit ainsi ma consommation … et je ne pense pas, aujourd’hui, gêner les personnes qui me côtoient (ou alors, elles sont très bien élevées !!)

faire ses cosmétiques

Avez vous un jour pensé à faire vos cosmétiques ??? Peu de personnes répondent oui, à mon avis… : trop compliqué, trop dangereux … en tout cas c’est ce que je pensais.

Il y a 2 ans, je suis tombée par hasard, sur une émission de france 5 « le magasin de la santé », émission plutôt sérieuse à mon avis. Ils avaient invité sur le plateau une jeune femme avec ses marmites pour présenter les produits de ménage maison.

Suite à ça, je me suis promené sur le net à la recherche de cette recette (car je n’avais pas eu le temps de noter les proportions) et j’ai découvert un autre monde du fait maison : les cosmétiques. C’est incroyable, ce que les moteurs de recherche arrivent à trouver avec quelques mots clés : on recherche des recettes de dégraissant maison et on tombe sur des recettes de cosmétiques !!

1 – j’ai réussi à trouver ma recette de dégraissant …

2 – j’ai trouvé la recette de  liniment oléocalcaire. Ça tombait bien, je passais aux couches lavables et ça allait avec …

3 – je me suis lancé dans la cosmétiques … non, je vous rassure, je n’ai pas créé ma ligne de produits cosmétiques …

Je vous propose donc cette semaine : quelques recettes … mais pas de cuisine.