enlever des restes d’étiquettes sur les bocaux

Lorsque je récupère des bocaux pour faire mes propres conserves, parfois les étiquettes ont du mal à partir. Il reste souvent la colle, que je ne parviens pas à enlever ou, devrais-je dire, ne parvenais pas à enlever.

Ce week end, j’ai eu l’idée d’essayer mon ami le bicarbonate de soude et un peu d’huile de coude (il faut bien le dire).

Voici le résultat :

AVANT

APRÈS (en 15 min pour 7 pots)

 

Comment faire :

Mettre 1 à 2 cuillères à soupe de bicarbonate dans un ramequin, un peu d’eau pour en faire une pâte
prendre un chiffon humide et tremper dans la pâte
frotter

J’ai été surprise de l’efficacité. Il m’en restait un peu, j’en ai profiter pour « récurer » mon évier de la cuisine.

application du bicarbonate de soude

J’ai de jolies chaussures de toile. Je les trouve très pratique et je les porte tout l’été lorsqu’il ne fait pas trop chaud.

Par contre ces chaussures ont la très fâcheuse tendance à s’encrasser au niveau de la semelle et elles y perdent toute leur fraîcheur. Alors plutôt que de les jeter comme de vielles chaussettes, j’ai tenté de les nettoyer (logique, non ?)

et voici le résultat : joli non. je n’ai plus qu’une envie les remettre.

 

Mais, alors me direz vous comment as tu fait !!

J’ai utilisé mon bon vieux copain « bicarbonate ».

Dans un petit récipient, j’ai mis de la poudre de bicarbonate de soude (environ 2 cuillères à soupe), quelques gouttes de produit de vaisselle (ou lessive liquide de Marseille) et un peu d’eau pour former une pâte.

Puis j’ai frotté avec un chiffon humide ou une vielle brosse à dent. C’est sûr, il faut frotter, on a rien sans rien. J’ai du oublié de mentionner que le produit le plus écologique qui soit était, bien sûr, l’huile de coude.

 

LE sèche linge moderne

 LE sèche linge moderne (bon j’abuse un peu !!)

 

Depuis douze ans je possède un sèche linge, un vrai. Un électrique ! Ce fut mon premier achat, après, évidemment, le lave linge et le lave vaisselle.

Il y a peu de temps, enfin peut être 2 mois déjà (le temps passe si vite), je prenais un petit café chez ma gentille voisine. Et je ne sais pourquoi, nous en sommes venue à parler sèche linge. Elle était presque « outrée » (j’espère que tu m’en voudra pas trop) de savoir que moi, maman accomplie écolo, j’avais un sèche linge. Et donc tout naturellement nous débattîmes !!

Je lui donnais tout ce que j’avais : c’était pratique, pas besoins d’utiliser de l’assouplissant, que je le faisais tourner la nuit ..

Elle me répondait que ce n’était pas économique, que ce n’était pas écologique et que le linge séché dehors sentait bon …

A court d’argument, je lui ai sorti, de toute façon, je n’ai plus rien pour étendre : je dois alors racheter un tancarville … (ou là là, quelle mauvaise foi !).

Nous sommes parti sur une autre discussion, mais je n’avais pas oublié.
Depuis, à chaque fois, que je bourrais mon sèche linge, alors qu’il faisait grand soleil dehors, je pensais, avec remords, à cette conversation : Merci la voisine !

Tout ça pour dire, qu’au bout de 2 mois de réflexion, tergiversation, je finis par m’acheter ce fameux sèche linge moderne pour l’essayer ou plutôt me le réapproprier. Car, évidemment, avant d’avoir un sèche linge électrique, parce que c’est bien d’avoir un sèche linge électrique, j’avais un tancarville.

Déjà, j’ai changé mon organisation « lavage-séchage ». Avant je faisais tout dans la même journée (et là vous comprenez qu’à cours d’arguments, j’avais menti à ma voisine : pas bien !!).

Maintenant mon objectif est de faire tourner le lave linge la nuit, pour avoir à mettre à sécher le matin. Je fais 5 lessives par semaine, donc ça devrait aller. Bon ça, ça va bien en ce moment : il fait super beau !

Étendre le linge prend du temps, plus que de bourrer le sèche linge, ça je vais pas vous mentir.

Étendre du linge nécessite d’être plus attentionné sur le linge : bien le tirer, le défroisser que de bourrer dans le sèche linge : là non plus je ne vous mentirai pas.

Mais finalement, c’est tout.

J’ai trouvé mon linge moins froissé et donc plus facile à repasser (mais, attention, je ne repasse toujours pas tout).

Et là je peux dire que ma voisine à raison, mettre le linge à sécher dehors est plus économique. En effet le tancarville coûte 10 fois moins cher qu’un sèche linge (de bas de gamme !). Mais aussi, sachant qu’un séchage en machine coûte environ 1 euros, le tancarville sera remboursé au bout de 40 lessives soit 8 mois et j’espère qu’il me durera bien plus longtemps.

Par contre, soyons clair, je ne vais pas renoncer à mon sèche linge, l’hiver et par temps de pluie (ce qui est fréquent chez nous) je compte bien l’utiliser. Je ne me vois pas, mettre le linge dans toute la maison, pour le sécher à l’abri des gouttes …

Cependant, se confronter ainsi au pratique des autres permet de se remettre en cause et de progresser : merci la voisine !

Pour aller plus loi : cet article dans consoglobe

acheter ses produits d’entretien de base

Où acheter vos produits pour faire vos produits maison :

– grande surface : pour certain (vinaigre blanc, cristaux de soude, savon de Marseille) Mais attention aux compositions, surtout pour le savon de Marseille, qui comme chacun sait, n’est plus produit à Marseille ou très peu (seulement 5 savonneries).

– magasin bio : on y trouve tout ce qui est nécessaire.

– sur le net : pour ceux n’ayant pas de magasin bio bien équipé près de chez eux.

Pour ma part, je les achète sur le net, enfin pas tout à fait, car j’ai une voisine très sympa qui tiens une boutique internet et je vais donc les chercher à pied : je peux pas faire plus développement durable. (lien : ildea.fr )

A vos seaux et marmites pour vos fabrications maison.

 

 

Mon kit ménage

Faut dire : je déteste, donc moins j’y passe de temps et mieux c’est.

Voici mon kit ménage :

– 1 vaporisateur avec 1/3 de vinaigre d’alcool et 2/3 d’eau du robinet
– 1 vaporisateur avec un produit anti-acarien maison (j’y suis allergique) et qui en plus désodorise
– 1 chiffon en microfibre « spécial vitre »
– des chiffons maison pour les poussières
– 1 brosse à dent pour les petits coins
–  un vieux goupillon de biberon pour la cuvette des toilettes
– des gants pour protéger mes petites mains de l’humidité …
– un seau pour contenir le tout

pour les cas difficiles :
– 1 flacon de produit dégraissant maison
– 1 sachet de bicarbonate de soude avec une cuillère à soupe pour saupoudrer

J’utilise le vaporisateur de vinaigre pour nettoyer toutes les surfaces lavabo, toilettes, bibliothèque avec un petit chiffon maison. Si certaines surfaces résistent (crasse, dessus de hotte …) je passe à mon joker1 (produit dégraissant maison) que je dois rincer ou joker2 (bicarbonate de soude) pour le calcaire.

Le chiffon en microfibre « spécial vitre » fait des miracles sur les glaces, pare-douches avec le vinaigre.

Et pour finir un petit coup d’aspiro suivi d’une serpillère à vapeur (permet de ne pas utiliser de produit pour le sol).

Je fais le tour de la maison en 2 heures.

 

astuce du jour : le percarbonate de soude (késako !)

Faisons un peu de lessive, c’est le jour pour moi.

Ce week end, j’étais à une assemblée générale d’une association dont je suis adhérente. Après une après midi de discussion, de votes … un verre de l’amitié est servi. Je me suis saisie d’un joli kir au cassis et patatras, je me fais bousculée et le verre se retrouve sur mon joli pull blanc !!!

Je n’en menais pas large : je l’aime bien ce pull ! peu importe j’ai fini la soirée en arborant une magnifique tâche violette.

Dès que je suis rentrée, j’ai rincée la tâche à l’eau froide puis savonnée, puis je me suis couchée.

Le lendemain je l’ai mis à tremper dans une eau chaude avec 2 cuillères à soupe de percarbonate de soude ( température idéale : 60°)

Et la tâche s’est envolée, plus qu’à le laver.