recette traitement antifongique (mildiou et autres …)

Voilà bien mon ennemi juré dans mon jardin : le mildiou ! Une région où il ne fait pas très chaud, un environnement un peu humide ( des marais tout prêt), Bref l’environnement favori de ce champignon tueur de tomates ! GRRRRR !

tomates touchées par le mildiou

Car pour mieux combattre un problème, il faut en connaître l’environnement propice. Pour le mildiou une température entre 20 et 30°c et une atmosphère humide. En dessous de 20° et au dessus de 30°, la croissance du « champignon » est ralentie voir inhibée.

Le mildiou, ou plutôt les mildious, car il y en a plusieurs, sont  des parasites microscopiques proches des champignons. Ils sont présents dans le sol sous forme de spores et se développent dès que les conditions sont favorables. Ils peuvent s’attaquer à différentes plantes dont les tomates, pomme de terre, vignes, fraises …

Alors comment éviter la prolifération du mildiou ?

  • planter dans des zones bien exposées au soleil pour que la rosée du matin ne reste pas trop longtemps,
  • espacer les plans pour éviter la prolifération de proche en proche,
  • utiliser des plans résistants ou plus résistants, certaines variétés sont réputées,
  • supprimer les parties atteintes
  • ne pas laisser sur place des plans atteints
  • réaliser une rotation des cultures

Voilà différentes idées que je trouve dans le net. J’en ai essayer certaines, sans réelle réussite. Et au cours de l’été, parfois dès juin, je vois poindre des tâches sur les pieds de tomates.

 

Comment traiter un plan atteint ?

A ma connaissance, il n’existe pas, en agriculture biologique, de traitement curatif. Une fois qu’un pied est atteint, on ne peut pas déloger le mildiou. On peut cependant ralentir sa prolifération pour ne pas trop affaiblir le pied et pour éviter la propagation sur d’autres pieds.

Le traitement généralement utilisé en agriculture bio est la bouillie bordelaise contenant du cuivre qui inhibe le développement du mildiou. Cependant, le cuivre est un métal lourd et …. peut s’accumuler dans le sol, perturbe la vie du sol … donc je me résignais à l’utiliser, mais j’en étais pas très fière.

Une alternative à la bouillie bordelaise

Alors quelle fut ma surprise, dans mes recherches sur le net de trouver une autre alternative, moins polluante et qui semblait, selon mes lectures, être tout aussi efficace : le bicarbonate de soude ! non encore lui !

Il semblerait que le mildiou est besoin d’un milieu acide pour se propager. Hors le bicarbonate de soude augmente le pH, ce qui perturbe la croissance du champignon. Trop simple pour être vrai ? Effectivement, j’ai été très dubitative. Mais j’ai testé l’année dernière lors de la première invasion. Et je n’ai pu que constaté que, si l’atteinte n’est pas trop importante, le développement de la tâche est stoppée. Elle change même de couleur (passe du brun-noir à gris). Cependant le bicarbonate de soude nécessite une pulvérisation fréquente, tous les 10 à 15 jours, en période sèche et tous les semaines si le temps est propice. Mais il est biodégradable et très bien toléré par l’environnement (dès lors qu’on ne fait pas une aspersion à grand volume sur le sol).

Comment l’utiliser – faire une solution mère (plus pratique)

ingrédients :

  • 150 g de bicarbonate de soude
  • 1,5 litre d’eau
  • 1 cc de savon noir

recette :

1/ faire chauffer l’eau. Plus l’eau est chaude et plus le bicarbonate de soude est soluble. Par contre, il ne faut pas le chauffer trop car au dessus de 50 °c, le bicarbonate de soude de dissocie et émet du CO2.

2/ Ajouter le bicarbonate de soude et bien mélanger

3/ Ajouter le savon noir.

4/ Laisser refroidir et mettre dans une bouteille.

Vous obtenez, ainsi, une solution mère de 1,5l concentrée à 100g/l de bicarbonate de soude. Le savon noir sert de mouillant (favorise l’accroche sur les feuilles).

A l’usage, cette solution sera diluée en prenant 250 ml de cette solution mère dans 5l d’eau ou 50 ml dans un litre d’eau (en fonction du volume du pulvérisateur), afin d’obtenir une solution de bicarbonate de soude à 5g/l .

Comme tout autre traitement, on le pulvérise sur les plans de tomates, plutôt le soir, pour ne pas brûler les feuilles.

 

Alors navrée, j’ai pris des photos l’année dernière avant et après traitement, mais je ne les retrouve plus, flûte et zut! C’est promis dès que l’invasion commence je vous prends tout ça et vous les mets.

Et toi, quel est ton soucis majeur dans ton jardin, sur ton balcon ?

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *