Accueil

Choisir ses textiles ecoresponsables #2 – les certifications

Dans mon dernier article, choisir ses textiles ecoresposables #1 – leur composition, je présentais différentes matières de tissus. Vous avez pu comprendre que mes préférences allaient vers les tissus naturels avec en tête de liste le lin. Mais ce critère ne me suffit pas. En effet, en ce qui concerne le coton, il me semble essentiel de trouver un coton portant un label responsable. Mais comment se retrouver dans la « jungle » des certifications ? Je vous propose un aperçu des principales certifications connues et mes critères de choix.

Choisir ses textiles ecoresponsables #1 – leur composition

Depuis aussi longtemps que je me souvienne je fais de la couture. Mes premières réalisations furent, je pense, des mouchoirs en tissus, réalisés sur la machine à pédale de ma maman, même pas électrique ! Depuis j’ai réalisé de nombreuses confections, robes, jupes, pantalons … et même le trousseau de naissance de mon fils, sans oubliés quelques déguisements. Jusqu’à il y a peu d’années je ne réfléchissais pas à l’origine de mes tissus ou leurs compositions. Je les achetais car la couleur, l’imprimé ou la tenue me plaisait.

Depuis j’ai pris conscience de leur impact et j’ai beaucoup de mal à acheter un tissu sans en connaître un certain nombre d’informations sur sa fabrication. Je vous propose donc de vous partager en 2 articles mes critères de choix des textiles en commençant par leur composition.

Pour faire un textile il faut un fil qui sera tissé ou tricoté. Ce fil est fabriqué à partir de matières naturelles fibreuses qui seront filées pour former le fil ( les fibres sont enroulées les unes contre les autres et étirées pour former le fil) ou à partir d’une matières artificielles extrudées.

Zéro déchet et grandes surfaces …

Cela n’a pas du vous échapper, en février, est le mois sans supermarché. Ce défi, né en Suisse, à l’initiative de l’association En vert et contre tout, nous invite à retrouver le chemin des petits commerçants.

Les grandes surfaces, comme vous le savez, sont nées dans les années 50-60 pour faciliter le travail de la ménagère. Tout trouver au même endroit à des prix toujours plus bas. Aujourd’hui la grande distribution est partout et monopolise l’acte d’achat. On peut tout y acheter (c’était la promesse), même des voyages, de la parapharmacie, de la musique … à des prix de plus en plus bas … Conséquences, les centres villes sont désertés, la qualité des produits pose questions et je ne parlent pas des scandales sanitaires, preuve d’une recherche constante de réduire les coûts.

Plutôt que de vous faire un propos moralisateur sur tel ou tel mode d’achats, je vais rester pratico-pratique et vous donner mes astuces extrêmement simples pour éviter les grandes surfaces.

Où faire mes achats ?
  • producteurs locaux
  • petites épiceries et commerces locaux
  • marché

On va pas se mentir. Ce type de commerces est souvent/parfois plus cher que les grandes surfaces. Mais … la qualité est au rendez-vous et surtout la plupart accepte aujourd’hui nos contenants, boites ou sacs à vrac. Il permet de maintenir une activité économique local, une dynamique dans les villes et des emplois. Mais surtout il permet de maintenir un lien social et une chaleur humaine.

le fait maison
  • permet de réduire les coûts
  • Tout est possible (repas, produits ménagers, cosmétiques …)

 Faire ses produits maison a plein d’avantages. Il permet de réduire les coûts (et donc de pouvoir acheter dans les petits commerces locaux) de connaître la composition des produits, d’éviter le gaspillage. Mais attention au tout fait maison. Mode de vie zéro déchet n’est pas le 100% maison. Il est important pour moi que le fait maison est un intérêt : plus économique, plus écologique, plus sain que son équivalent vendu en magasin et facile à réaliser. Mais cela n’est que mes critères. Et je sais que certains adorent passer du temps en cuisine … mais ce n’est pas mon cas 😉

 

Éviter l’achat neuf, tout simplement
  • La location
  • acheter d’occasion (recyclerie, dépôt/vente, le net …)
  • réparer

La location, l’achat d’occasion, la réparation permet de réduire le coût et de faire des économies. Ce sont des piliers du mode de vie zéro déchet. Ce sont ces gestes qui font accepter les achats alimentaires souvent plus chers. Car encore aujourd’hui, les produits vrac et bio sont plus chers que leurs équivalents non bio et ensachés. Je suis ravie que ces gestes reviennent à la mode. Car longtemps ils ont été taxés de ringards.

 

Alors Mode de vie zéro déchet veut-il dire, quitter les grandes surfaces ?

Sans m’en rendre compte, j’ai déserté les grandes surfaces, au fil des années, et au fur et à mesure de mon avancé dans le mode de vie zéro déchet. Pour trouver mes alternatives aux produits emballés, il a fallut redécouvrir les petits commerçants plus à même d’accepter mes contenants. Cela dit, cela semble évident. Les emballages sont nés avec le libre service des grandes surfaces. Ils permettent le transports des marchandises sur de longues distances (produits achetés là où la production est moins chère), de renseigner le consommateur en l’absence de vendeurs et de faire la publicité de la marque. Alors si on veut acheter sans emballages, nous sommes pratiquement dans l’obligation de quitter les grandes surfaces. Je dis pratiquement car la distribution a sent i le vent venir et propose maintenant du vrac.

 

Cependant, je ne trouve pas toute notre alimentation en vrac et il m’arrive encore d’acheter des produits emballés : nos boissons (vins, bières, jus de fruits, lait), des conserves, les repas du chat, le papier toilette. Je vais donc toujours en grandes surfaces car cela me semble plus simple et plus proche de mon domicile. Mais à une fréquence bien moindre qu’auparavant et toujours avec une liste très restreinte. D’ailleurs je vais toujours dans les mêmes rayons pour prendre les mêmes produits. J’ai perdu tout intérêt dans les autres propositions.

Je trouve donc ce défi intéressant car il permet de mettre en valeurs les petits commerçants qui permettent de maintenir un tissu économique local et la vie dans nos villes. Cependant il ne fera pas disparaître les grandes surfaces (et je ne pense pas que cela en soit le but). Mais il peut faire réfléchir tous les acteurs : consommateurs et distributeurs et peut être engager une mutation qui me semble nécessaire autant qu’écologiquement qu’humainement.

Et toi, t’es tu lancé ce défi ? Un mois sans supermarché ?

 

C’est la rentrée 2018 !

Comme tous les ans un petit bilan de cette préparation de rentrée.

Peu de choses ont changé sur nos habitudes d’achat de rentrée.

organiser une fête pour 50 personnes

Organiser une fête pour 50 personnes de A à Z, voilà le défi que je m’étais lancé 5 mois auparavant !

Et pourtant, l’organisation n’est pas mon fort, même si cela ne transparaît par forcement dans ce blog. Je suis souvent en retard, en panique face à un grands nombres de choses à faire, mais je m’en sors toujours. Alors je mets en place des outils, souvent à base de listes, pour réussir à surmonter une période difficile.

Pour cette fête d’anniversaire, ma crainte était d’être débordée par la somme de choses à préparer et par conséquent de ne pas pouvoir profiter de la journée. Et ça il n’en était pas question. Et fort curieusement, j’ai survolée cette journée et les jours qui ont précédés avec une facilité qui m’a fortement surprise (mon chéri aussi d’ailleurs). Alors j’ai eu envie de vous partager l’organisation, pourtant fort simple, que j’ai mis en place.

Lancer les invitations  J-3 mois

un fois les invitations envoyées, il n’était plus question de renoncer à cette fête.

Moelleux au chocolat sans gluten

Un gâteau au chocolat d’une légèreté …

la déco de notre anniversaire de mariage zéro déchet

Pas de belles fêtes sans jolie déco ?

Est ce vraiment nécessaire ? Au sens strict, non. La déco ne fait pas la qualité du repas, les conversations, le confort … Mais une fête sans joli décorum c’est toute de même pas une fête. Une belle déco permet aussi de s’habiller le cœur (comme disait Saint Ex ..), de se mettre en joie, donne tout simplement un petit supplément d’âme.

Doit -on forcément se ruiner pour une jolie déco ? Là je pense que non … et voici comment nous nous sommes organiser.